Maudit Gazon

 

Le post
de Bibi

9 mar 2011

On se revoit bientôt, je suis sure que tu vas tout déchirer à Sydney. Un petit pincement au cœur, on laisse Bérangère sur un trottoir de Bega, ville fantôme, un dernier coup d’œil dans le retro, ce n’est plus qu’un burger pris en sandwich entre ses deux gros sacs. Cette image réveille mon estomac qui à garder un souvenir impérissable des bons mets dégustés durant les woofing précédents. C’est quand qu’on arrive ?

Tout est très vert, très vallonné peuplé de bovins et de moutons. Sur la droite on aperçoit le panneau Bogo. On s’imagine vivre dans chaque ferme que l’on aperçoit jusqu’au moment on l’on passe devant une boite au lettre n’affichant pas le mot magique : Fermark. Parfois rassuré, parfois déçu, la distance parcourue est bien longue pour ce petit hameau. A droite, une route serpente à travers les eucalyptus. A son entrée un poteau Wombat et un autre sur lequel les écriteaux foisonnent nous montre enfin la voie à suivre. 4 montés, 3 descentes vertigineuses, une piste et 125 poules plus tard nous voilà chez la Hallie, Corinne et le petit Bailly.

Etat des lieux
1 maisons, 1 guest house et une salle de cours/ hangar perché sur une colline. En contre bas un espace pour les arbres fruitiers, un jardin potager. Plus bas une forêt dense qu’ils gardent intact en accord avec les parcs nationaux et entre, des champs avec des chevaux et des poules.

PARTIES CHOISIES
Citrus bugs
Petites bêtes de la taille d’un cafard qui vient se coller aux orangers et aux citronniers. Le but étant de les déloger. Jusqu’ici tout va bien à part que ces sales bestioles quand on vient les chatouiller se retournent et projettent un acide sur l’assaillant, en l’occurrence moi. « Mets des gants et des lunettes de protections, la voisine a faillit perdre la vue la semaine dernière, elle a passé deux jours en observation a l’hôpital » Le masque étant complètement rayé, la recherche se fera sans. Je traque, j’esquive le jet d’acide, je l’attrape et je la noie dans un sot ou des dizaines de citrus bugs se débattent, se montent dessus… cette première tache et ma foi fort sympathique ;)

Les bêbêtes
Première approche. On se balade dans le jardin avec Hallie, elle nous conseil de taper des pieds dans les herbes hautes à cause des serpents. Un peu plus loin, des planches sont posées sur le sol, il faut en prendre quelques une. « Donnez des grands coups avant de les toucher et faite surtout attention de les soulever vers l’extérieur pour que rien ne puisse venir vers vous » Elle prend la première pour nous montrer, une énorme araignée s’en échappe. Le lendemain, pour protéger la terre franchement retournée et ainsi éviter que rien ne vienne perturber la tranquillité des nouveaux arbustes, on me demande d’aller chercher des cartons. Sous la maison un immense espace est occupé par un joyeux bordel. C’est une sorte de garage-dépôt-atelier-local poubelle, le tout recouvert d’une épaisse poussière et de milliers de toiles. J’y prends à plein bras et coudes et menton une dizaine de carton que je penne à transporter jusqu’à la pépinière. Je ne me doute de rien. Hallie soulève un carton, fait un pas en arrière et pointe du doigt une jolie araignée noire brillante ornementée d’une croix rouge sur le dos. « Ca c’est une red back, une des plus dangereuse araignée d’Australie » …Gloups. Troisième jour, Maryla ramasse tranquillement des prunes en fredonnant, elle se retourne, un brown snake c’est pris dans le filet à oiseau placé tout autour de l’arbre. Bonne pioche ! Il est en deuxième place dans le top 10 des serpents mortel. Don’t worries qu’ils disaient ! Je retourne à ma tondeuse, plus que 10 hectares d’herbes hautes à couper. C’est d’un pas militaire, le pantalon rentré dans les chaussettes et le regard rivés au sol en chantant très fort « il ne peut plus rien nous arriver d’affreux maintenant » qu’on est allé couper du bois le lendemain. 42° à l’ombre dans une forêt vierge, mes yeux irrités par les gouttes de sueur en provenance du front détrempé regardent le tronc déjà mort se faire débité en tranches. Une véritable boucherie. On s’approche, chaque buche est infesté par des araignées en tout genre. Il va maintenant falloir charger le camion !

Coup de tonnerre
Hallie et Corinne se faisant une soirée en amoureuse, Maryla garde le petit Bailly dans leur maison et je découpe à la scie circulaire les planches destinées à la fabrication des tiroirs du van. Le tonnerre se fait entendre au loin et, soudain, un bruit terrifiant accompagné d’étincelles et d’un flash aveuglant vient faire trembler toute la maison. Black out. On court partout pour vérifier s’il n’y a pas de dégâts, pas de feu… On monte à l’etage, une odeur de brulé, des morceaux de plastiques noir sont éparpillés sur le sol.. Un téléphone à littéralement explosé accompagné de sa prise. L’ordinateur avait été débranché, ouf !

Free Time
Plusieurs options : lézarder sur une plage de sables blanc, nager dans une réserve d’eau douce, Sauter et glisser dans un torrent, déguster des pies des bières et de la bonne viande pour « l’Australian day », construire des tiroirs ou réparer le radiateur du van.

Bilan
Deux semaines géniales chez un couple adorable. Si si je vous jure ! Ils ont tout gérer pour la réparation du van, nous ont trimballé à droite à gauche puis à droite, fait super bien à mangé, gardé un jour de plus, prêté leur voiture, leur outils… Se sentir intégré à une famille quand on est loin de la sienne c’est pas mal ;)

> Les photos

2 Responses to Maudit Gazon

Avatar

marion

mars 9th, 2011 at 13 h 09 min

Oooh il est chouette cet article ! Tu as bravé tous les dangers de la nature :-)

Avatar

CéCé

mars 9th, 2011 at 18 h 24 min

Essaie de nous revenir en vie qd mm avec toutes ces bestioles ;)



C'est quoi ?

Tout simplement un carnet de voyage sans prétention de deux frenchies qui ont décidé de partir en pays d'Oz pour quelques mois. Pas de programme mais une histoire à construire, une parenthèse dans notre vie

Les posts de...

Cairns Time