One day in paradise

 

Le post
de Bibi

21 juil 2011

2 semaines chez Gail English ça valait bien un post chacun ! C’est mon tour. Pour resituer, ça se passe fin mars dans le Limeburners Creek National Park, non loin de Crescent Head.

8h, j’émerge doucement en écoutant le chant des oiseaux. J’ouvre un œil, en face de moi un immense tableau de Gail dans des tons bleu pastel à la Rothko. La chambre est une petite maison en bois, l’intérieur est peint en blanc délavé, le mobilier se résume à un lit king size habillé de rayures blanche et rouge brique très fines. J’ouvre la baie vitrée, une grande terrasse sur pilotis donne sur la rivière fumante jonchée d’une végétation tropicale dense embrassée par le soleil rasant du matin. Les cygnes noir descendent doucement vers la mer tendit qu’à quelques mètres de moi, un kokaboua se marre perché sur un Banksia. La lumière est incroyable. Les rayons orangers font ressortir les moindres détails et viennent réchauffer la rosée créant ainsi un halo autour de chaque plante. Je vais chercher Berangère qui sort d’une maison similaire donnant sur la même terrasse pour aller prendre le brekie chez Gail.

On traverse le jardin magnifique longeant la rivière pour rejoindre, 300m plus loin, la maison de Gail.  Elle est sur pilotis et compte deux étages. Un grand espace en bas fait office de cuisine-salon-atelier. Tout est arrangé avec beaucoup de goût dans un style « côté sud », le bois est omniprésent. Ses créations sont partout : tableaux, patchwork de coquillages, sculptures de  bois mort, pendules, nids confectionnés avec des petits morceaux de tissus, de laines et de plumes. On s’y sent bien. Sous les toits c’est l’espace de Gail, un vrai petit cocon. « Monter mes enfants ! » on papotte un peu, l’odeur de café est de plus en plus intense, le coffeemaker bouillonne, c’est le signal pour le Ptit déj sur la terrasse : pancake miel, œuf bacon, café italien, mangue. L’énergie nécessaire pour aller surfer. Pas facile la vie.  J’abandonne Bérangère la jardinière, le longboard sous le bras j’enfourche la bicyclette vintage de Gail et c’est parti de bon matin sur les chemins… sans Paulette.

Après 5 min à chanceler entouré d’une végétation sublime à travers une forêt impénétrable, me voilà à Point Plomer, une des plus belle plage d’Australie. Je suis seul. J’observe. Les vagues ne sont pas à mon goût. Je me dirige vers la prochaine crique : « Sunset Beach ». Pour éviter l’enlisement je pédale à fond à la lisière de l’écume, si je ralentis, si je dévie c’est foutu. Quelques surfeurs sont déjà à cheval sur leur board, c’est bon signe. Je me jette à l’eau. 2h30 plus tard je sors lessivé, rincé, essoré… (plus efficace que Sterimar !)  mais j’ai le smile jusque derrière les oreilles.

Retour à la maison. Lunch à l’Australienne : Sandwich de compét avec, chose exceptionnelle dans ce pays, de la vraie mayonnaise sans goût sucré ! C’est mon tour de travailler. Je m’installe dans son atelier au milieu de ses tableaux, ses outils, de son univers. Une Crooneuse Jazz des 50’s en fond sonore, la rivière qui défile très lentement, la douce chaleur de fin d’été… je me sens dans mon élément, bien loin de l’environnement de travail parisien. Gail viens me voir de temps en temps, elle ne veut pas voir l’avancement de son site, seulement me dire de ne pas bosser trop dur et me proposer des Tim-Tam. 17h, les ombres s’allongent, il est temps d’aller se balader mais cette fois en canoë pour rejoindre l’océan. Les oiseaux ne bronchent pas, ils restent là à me regarder passer. Il y en a partout. Au bout, des sentiers serpentent au dessus de grandes falaises, la mer est déchaînée, le spectacle est magique.

C’est l’heure du diner, Gail nous a préparé un succulent Laksa dont elle a le secret. La soirée s’éternise autour d’une bonne bouteille de vin… on boit, on discute, on rigole. Elle nous fait découvrir les artistes qui l’inspirent (Robert Rauschenberg, Sean Scully … ), nous parle de son parcours, de son travail. Elle est restée si jeune dans sa tête, on est sous le charme.

> Les photos

2 Responses to One day in paradise

Avatar

Marianne

juillet 23rd, 2011 at 20 h 26 min

Hello Antoine,

J’ai lu tout ton blog car en principe je vais aussi partir dans ce beau pays dans les prochains mois. Ton blog est très réussi, belles photos, réçit amusant et bien écrit. Bravo et courage pour le retour. Je compte sur toi pour me donner des tuyaux !
A bientôt au bureau :-)

Marianne

Avatar

admin

juillet 25th, 2011 at 7 h 49 min

Merci pour ton commentaire, ça fait toujours plaisir d’avoir de bons retours ! Les posts manquent un peu d’infos pratiques mais pour ça je serais là fin août ;)



C'est quoi ?

Tout simplement un carnet de voyage sans prétention de deux frenchies qui ont décidé de partir en pays d'Oz pour quelques mois. Pas de programme mais une histoire à construire, une parenthèse dans notre vie

Les posts de...

Cairns Time