Darwin

 

Le post
de Bibi

25 août 2011

Mai 2011, on voulait voir le centre rouge, 2 possibilités : Francis ou l’avion. Trop de bornes, trop peur d’une panne au milieu du désert, la voie des airs nous paraissait plus sage. Le programme : Départ de Brisbane, 2 woofing à Darwin suivi d’un tour de 15 jours avec Alice Spring comme port de retour.

Première impression
Après un trajet à se les geler dans un avion Picard et une nuit à dormir sur la moquette simple épaisseur de l’aéroport de Darwin, c’est une petite ville hétéroclite sans charme aucun qui nous accueille. Sous une chaleur assommante nous parcourons de larges rues vident, les quelques âmes errantes sont des aborigènes.. enfin, ce qu’il en reste. Ils sont rongés par l’alcool et abrutis par l’essence qu’ils respirent par grandes bouffées la tête plongée dans un sac plastique. Pas beau à voir. No rules, no style concernant l’architecture. Rien de remarquable. Ce n’est qu’un enchainement de blocs variant par la teinte et par la taille.  La rue est longue mais pas très animée malgré une dizaine de bar-boite-backpacker. Il parait que c’est la rue principale. Pour arriver au nouvel espace bord de mer, nous traversons des zones désertes, laissées à l’abandon. Ici, les Jelly Fish et les crocos sont les sont les races dominantes, nous somme les dominés. Leur présence nous oblige à nous entasser sur l’unique plage protégée par des digues et des filets. Elle est microscopique et n’invite pas franchement à la baignade. Le trajet est long pour revenir à l’hostel, on est à bout de peau, à fleur de force. C’est à quatre patte que l’on passe la porte, avant de s’écrouler on appel Carolyn, le woofing du lendemain. On la réveille. De mauvais poil elle nous lâche un nom de bus et raccroche promptement.

Le lendemain : 40min de bus pour arriver à la plus impersonnelle des gares routières. Au milieu d’une zone industrielle, grande, crade et mal fréquentée. L’ambiance est accentuée par la chaleur moite et la lumière dure et directe de toute fin de martiné. Le deuxième bus nous prend, on loupe l’arrêt  mais on a attrapé le ponpon : le chauffeur refait son tour rien que pour nous !


WOOF 1 : CAROLYN

Inventaire du lieu
1 lotissement ordinaire, 1 jardin désorganisé avec quelques palmiers, 1 petite maison de plein pieds sans charme aucun, 1 tas de planches et de trucs, 1 balançoire cassé, 1 vieille tunning caravane customiser au fond du jardin (maison des woofers), 1 chat se trémoussant sur l’herbe.

Inventaire du boulot
1 jour à peindre la climatisation, 3 jours à retaper la balançoire, 5 jours à récurer le sol au gratte gratte, 3h à réparer la porte de la caravane, 2h à enlever les toiles.

Inventaire des loisirs
1 douzaine de baignades à l’Aqua Splash d’à côté, 5h30 de bronzette, 3h de guitare manouche et 2h de Brassens dans la caravane climatisée, 40cl de limonade maison.

Inventaire de Carolyn
4 robes hippies psykées, 1 mauvaise humeur matinale, 1 cuillère à soupe de gentillesse, 5g de zenitude et 3L de paresse.

Inventaire des bizarreries
1 séance de nourrissage du Python arboricole avec une souris vivante, 46 produits périmés depuis des lustres dans les placards et le frigo, 4 clins d’œil de la woofeuse Malaisienne, 3289 stickers recouvrant la totalité des murs de la caravane, 1 immense flying fox qui passe tous les matins à 8h30.

Inventaire des rencontres
2 Malaisiennes collègues de HelpX, 1 famille franco-allemande faisant partie d’un autre réseau d’échange : SERVAS, 1 chat fainéant (comme tout les chats), 1 fils rebelle vivant chez les grands parents pour ne pas payer les 20 dollars par jour réclamés par Carolyn.

>> Les photos


WOOF 2 : LOU

Le casting
Lou : grand maigrichon de 35 ans a le rôle du papa dépassé par les événements.

Nous vu par Lou : deux woofers innocents ne sachant pas quoi faire avec leur année off.

Jack : 4 ans, intoxiqué par bob the builder, il est obsédé, il veut faire des trous,  des ptits trous toujours des ptits trous. Quand il n’est pas devant la cassette de bob, il court dans toute la maison avec la perceuse de papa en poussant des hurlements pour simuler le bruit de l’engin.

Amy : 2 ans, dépressive. Elle connait trois mots qu’elle utilise en permanence. Elle ouvre ses grands yeux, tout son visage se crispe, elle semble tout à coup désespérée et prononce : Yoga, Milk ou, le pire de tous : POO. Ce n’est pas encore très bien réglé à c’t’ âge là, y’a deux options : c’est trop tard ou il est encore temps mais VITE !!

Le lieu
La maison est un des 4 modèles standards présent dans tout Darwin : un bloc de tôle sur pilotis surplombant un superbe jardin tropical.  La cuisine est en dessous, la salle de bain se trouve entre une série de bananiers et un énorme palmier ce qui leur permet de vivre essentiellement dehors pendant la saison sèche.

Le synopsis
Maman est partie 2 semaines, c’est la panique à la maison. Heureusement Bérangère dite super nanny et Antoine dit extreme builder sont là pour contrôler la situation. Leur mission : tout faire pour éviter le burn out de Lou. Les débuts sont durs et Lou veut tout contrôler, tout faire à sa manière. Mais des premiers boulots concluant tel que l’édification d’un abri de jardin ou encore la gestion de 3 changements de couches en moins de 10min aide la confiance à s’installer. Mais le chemin est semé d’embuches : Jack décide de passer aux choses sérieuses : la scie circulaire de papa et Amy prend un malin plaisir à déplier la totalité des vêtements consciencieusement rangés par Bérangère. Heureusement, la parfaite sérénité de nos deux woofers permettra de calmer les petits monstres et d’apporter à Lou une coolattitude absolue.  L’histoire se termine finalement dans la joie, tous réunies autour de la grande table de la cuisine, La bière maison coule à flot et Lou, accompagné de son violon, interprète une chanson folk enfantine reprise en cœur par les invités en délire.

>> Les photos

Les 2 semaines de woofing achevées, on est partie errer 2 semaines dans les grandes plaines du désert australien…

Comments are closed.



C'est quoi ?

Tout simplement un carnet de voyage sans prétention de deux frenchies qui ont décidé de partir en pays d'Oz pour quelques mois. Pas de programme mais une histoire à construire, une parenthèse dans notre vie

Les posts de...

Cairns Time