French Deuz

 

Le post
de Bibi

9 mai 2011

Ca faisait un moment que j’avais commencé les petites illustr, 3 mois avant de rentrer je me décide enfin à en faire quelque chose ! Mais non ce n’est pas chargé !! Oui je sais le visu n’a rien à voir mais ça me fait plaisir de pouvoir utiliser mes brouillons ;)

Pour ce qui est de l’actu, déjà deux semaines et deux HelpX (=woofing) que l’on est à Darwin (33°), ce soir c’est backpacker avec piscine s’il vous plait et demain on décolle en 4×4( !?) pour Kakadu. Première étape de notre tour de 9 jours qui nous emmènera jusqu’à Alice Spring en passant par toutes les curiosités du Northern Territory. Vite fait bien fait. On aura plus à y r’venir.

La vie dans le van…

Le post
de BB

5 mai 2011

Entre 2 woofings ou helpx, nous avons pour habitude de prendre 2 ou 3 jours, le temps de voyager et de s’arrêter dans des endroits paradisiaques… 2 ou 3 jours qui, au gré des rencontres et chemins empruntés, se prolongent parfois en une semaine…  pendant laquelle on perd toute notion de temporalité…

BB : quel jour on est déjà?

Bibi : mardi

BB : 15 avril?

Bibi : non le 16… ou plutôt le 17… yeah, the 17thzz

BB : ben on est jeudi donc

Bibi : non… vendredi 17… Quelle heure est-il madame Duthil?

……

Explications d’une vie dans un van qui se transforme en roulotte, et où nous devenons ce que l’on est ici : des nomades, des gypsies, bref, des backpackers!!!!!!!!!

Le quotidien : (ou récit d’une organisation qui se veut tout de même un peu rigoureuse). Généralement sur les routes, surtout lorsque l’on est attendu pour un woofing… Ainsi, nos haltes varient-elle en fonction des besoins vitaux ;) ou des détours improvisés sur des jolies plages/parcs naturels, qui jalonnent nos routes, tantôt goudronnées, tantôt « unsealed » (terre/sable/les 2.. rayer la mention inutile)

Le breakfast : petit dej a l’aide de notre camping gaz. Sur une table, café et pain de mie grillé à la poêle sont de rigueur. Tout comme la nappe a fleur…

Le lunch : peut-être déplions-nous notre propre table, sur laquelle nous concoctons ce 2ème repas plus copieux avec un attirail de compet’, mais cette fois, il se peut que l’on utilise l’un des BBQ (appelés communément « barbies » here) pour préparer notre viande …

Le dinner et le sleeping : moment crucial de la journée!! Vu qu’il fait désormais nuit noire a 18h30, il faut trouver un endroit tranquille où passer la nuit avant l’heure dite. Au préalable, on feuillète le « camp 5″, 1ere bible avant le lonely planet, qui nous offre une carte détaillée et la liste des campings ou « rest areas » où nous pouvons dormir… légalement et gratuitement si possible. Une fois notre coin repéré, nous voila garés et l’on cuisine avec soin le (Cf les repas précédents, a ceci prêt que celui la se prépare a la lumière d’une lampe torche). Pour la petite histoire, dans les parcs naturels il faut s’acquitter parfois de « fees », une modeste somme pour bénéficier d’un emplacement, toilettes avec grosses araignées, etc… Ils sont tellement forts ces australiens qu’ils demandent aux campeurs de laisser ce du dans une enveloppe a l’entrée… sans surveillance aucune… on a donc entendu dire que certains français bien informés repartaient avec l’enveloppe après avoir passer la nuit! (maudits français??)

La toilette : douche 1 jour sur 2 , selon si l’on s’est baigne ou non  :lol: Elles sont prises : fréquemment sur les plages ; souvent dans un camping où l’on s’est s’infiltré ; rarement dans une auberge de jeunesse ou l’on a pu s’incruster…

Le rangement : Francis a vite fait de ressembler a un placard d’ado… en colonie de vacances! Il est donc important de ranger nos affaires… et c’est hallucinant le temps que ça prend, avec tous les jours, cette même impression d’y passer un temps fou pour une résultante sensiblement similaire, et équivalente à : UN GROS BORDEL. A ceci prêt que lorsque l’on déplie notre formidable « pop top » (la traduction la je sèche… Toit montant ? Vous la haut ;) , tous les sacs sont mis a l’étage, laissant place a l’un des principal atout du van : son lit king size !!!!!!! (la revente approche… je m’entraine)

Les mises a quai:
Tout ce qui est décrit précédemment ne vaut, je le répète, que lorsque nous sillonnons les routes dans l’objectif  de rejoindre une destination précise, où nous sommes attendus. Or, parfois, lorsque nous nous octroyons plus de temps (parce que nous l’avons simplement voté à tong levée), alors l’on s’autorise à jeter l’encre (oui désolée Francis, je fais une 2ème métaphore de bateau, mais tu sais bien qu’au fond je pense à un bolide…;). Le choix du lieu est clairement lié à nos rencontres… De ce fait, toute la logistique détaillée ci-dessus se trouve légèrement chamboulée, les repas se partageant à plusieurs par exemple, et les soirées se prolongeant tellement qu’il nous arrive de dormir là ou ce n’était pas du tout programme (oups).

Nos  chemins ont croisé maints et maints voyageurs, ainsi me serait-il difficile de parler de chacun d’entre eux… Je me contenterais de tous les caractériser de « vivifiants », et d’en citer un en particulier, dans la mesure où ce dernier nous a suivi pendant quelques temps…

Tout a commencé sur un parking de Byron Bay, le Biarritz australien (mais avec des vagues plus grosses et des surfers plus blonds), dans lequel nous avons élu domicile pendant quelques jours, tant la douceur de vivre ambiante nous a séduite… (en quelques mots clés, Byron Bay = soleil, surf, hippies, soleil, alternatif, plages, hippie, musique, surf, surfers, hippies, hippies…). Bibi a reconnu le van d’une de ses rencontres faite à Sydney, en backpack, ce qui nous a valu une superbe occasion-coïncidence pour engager la conversation. On pouvait s’en douter, notre cible était un français. Edouard, from Valence… Un rasta surfer fort sympathique, tellement que nous ne sommes plus quittés pendant une semaine (avant notre départ avant Darwin… ah oui parce que là, on a abandonné Francis pour rejoindre le top end de l’Australie, sous le soleil des tropiques et des crocodiles… comment ça vous suivez plus? pff)… Edouard, son awesome van ;) , Francis, Bibi, et moi, avons passé une semaine à nous déplacer de plages en plages, de nouvelles rencontres à nouveaux apéros, qui fut simplement un vrai régal… Le sentiment d’appartenir à cette communauté de voyageurs est simplement grisant … le temps que l’on s’accorde a lire/surfer/jouer de la guitare/faire des colliers en coquillages ou de la photo de pro, fait lui aussi parti du temps des gitans ;-)

On a même le temps de fêter dignement des anniversaires… Bah oui mon vieux, ca te rajeunirait presque tout ca :roll:

Suite au prochain episode

Le psychopathe du jour

 

Le post
de Bibi

19 avr 2011

Ils n’avaient pas qu’à être sur ma route ! Les Stickers qui font sourire les passants (ou pas ;) ) parfois engager une conversation.

L’histoire du jour

 

Le post
de Bibi

17 avr 2011

Tonton Pétard

 

Le post
de Bibi

14 avr 2011




PREMIERE IMPRESSION
Stéréotype du surfeur avec 30 ans de plus : grand, bien bâti, la peau noire cuite par des années d’exposition solaire et de bain de sel, de longs cheveux blonds, un sourire émail diamant accroché aux lèvres souligné par un réseau de rides trahissant son âge avancé. Sa tenue ? Short et tong. Il fait sombre, on pénètre d’abord dans un petit jardin dense en végétation pour arriver dans une maison en briques, très simple. Il vit seul. Un tas de machins sur la terrasse, des planches de surf un peu partout et à l’intérieur pas vraiment de déco mais des choses accumulées et jamais jetées. Une photo décolorée d’une île inconnue dans un cadre rococo, des trophées en tout genre sur le frigo (le plus fameux : un musclor collé sur un long-board), des coquillages prenant la poussière sur un rebord de fenêtre et, dans une bibliothèque en désordre, des livres sur le bouddhisme, la méditation, les prédictions maya… Il nous fait à manger, fish & légumes surgelés, nous sert un verre de vin, sort une petite boite en fer rouge et se roule un splif de pur. Il parle vite. La compréhension est dure. Tout à coup il se lève baragouine un truc et s’en va. On entend au loin le moteur de son vieux Range Rover collector rongé par la rouille. Il est parti ? T’as compris toi ? Il nous connaît depuis 1 heure, la maison est à nous.





LA FERME

Sa ferme est à 15 kilomètres de là. C’est un grand domaine « coincé » entre une longue ligne droite et une mangrove. Son chemin en coquille d’huitre est traverse une multitude d’arbres fruitiers et de plantations variées. Il débouche sur un espace ouvert : Une caravane, une éolienne, un grand bâtiment sur deux étages pas tout à fait fini et un plus petit en construction. Entre deux explications sur la permaculture, la conscience végétale et la puissance de la télépathie, on ramasse des fruits et on le regarde carreler au rythme de deux rangées par jours. On l’aide à faire le ciment, le repas, le ménage, un diagramme qui va changer la face du monde et on l’écoute. On ne comprend pas tout mais on écoute. Le fond est bon mais il a un côté gourou qui nous fait un peu peur. « You know what I mean ? You see ? CON-NEX-ION. »




VIS MA VIE
Finalement le woofing c’est ça, partager et faire parti de la vie d’un inconnu l’espace d’une semaine. Le rythme, les idées, les sorties, l’univers, les relations. Toujours le même schéma. D’abord il y a l’appréhension et la curiosité. De l’excitation à l’approche du lieu. Les questions : A quoi va ressembler la maison, la personne ? Vit-elle seule ou évian ? On arrive dans la région ou on va passer la semaine, la ville, dans la rue.. ça se précise. On scrute chaque pavillon, celle là avait l’air bien, dommage. On se jette à l’eau. La rencontre. Beaucoup de questions en suspend qui vont trouver des réponses au fil de la semaine. La première impression est souvent bonne. Vient ensuite la découverte du boulot, du nombre d’heures, du temps libre… Même si le boulot est parfois tranquille, le temps libre on n’en a pas vraiment. On vit avec eux. Ils partagent tout et font confiance. Ils aiment leur région et sont heureux de nous faire partager leur secret spot, leur passion parfois leurs sorties. Celui-ci a été dense et un peu étrange. En vrac on va se souvenir de la démo de boomerang au couché du soleil sur les gigantesques dunes d’Anna Bay, de la viré sur ten miles beach en 4×4 suivit d’un cours de surf perso et d’un fish & chips, des longs moments à l’écouter accompagné du réconfort d’un bon smoothie, des soirées un peu créniosse chez sa copine du moment et de la balade splendide dominant toute la région de Nelson Bay que l’on à fait avec Mélanie, la fille de la copine.

> voir les photos

Pour situer dans le temps, Anna Bay c’était début mars, après Sydney… il y a eu deux autres woofing entre temps, on a du retard ! L’actualité c’est un HelpX à Byron Bay qui se fini demain suivit d’un road trip jusqu’à Brisbane d’où on prendra l’avion pour Darwin le 23 avril !

Retouches du jour

 

Le post
de Bibi

30 mar 2011

Stockton Sand Dune. 30km de dunes de sable à côté d’Anna Bay dans le NSW.

Moustachus !

 

Le post
de Potoz

26 mar 2011

… Reste un 6m² complètement vierge sur un côté, si vous avez une idée farfelu, on achète !

Sydney

Le post
de BB

21 mar 2011

… Sur un trottoir de Bega, mes 2 gros sacs sur les épaules, telle un 280 (quitte à être comparée a un sandwich), le voyage en solo commence… Je vais tenter a ma chance à Sydney. Objectif : trouver un boulot pour continuer le voyage et nourrir Francis ; trouver un appart pour accueillir ma mère qui arrive dans une semaine. Objectif lune : voyage initiatique, me démerder seule dans une ville inconnue, prendre le bus a travers l’outback. 1ere embuche : mon bus est à 3h du mat. Il est 5.00 pm, Bega s’endort déjà; comme toutes les villes australiennes lors de la fermeture des magasins… Vers 22h ( je le sais par avance) le seul et unique pub de la ville affichera à son tour  porte close… Tant pis, je bouquine sous l’abri bus… 7.00 pm, il fait nuit noire, plus un chat dans les rues, place aux kangourous… Bon tout compte fait je pourrais attendre au motel… Tout droit sorti d’un thriller américain, ce sordide hôtel en bord de route propose une chambre à 30$ la nuit. En prime : l’accueil chaleureux mais inquiétant du veilleur de nuit psychopathe qui y habite et  une holy bible sur mon oreiller… Ambiance… à 3h du mat, je me dirige vers l’arrêt de bus, en priant je ne sais quelle étoile de la superbe milky way qu’un bus se décide à passer par la… Des phares éclairent enfin la route, un cri de dingo au loin, et c’est parti, me voila en route vers Sydney. 11h plus tard, me voila à la central station, il fait 40° a l’ombre, je ne sais pas encore que commence à déferler la hot wave sur la capitale… du New South Wales. Je vous passe la période « on remet ça », sélection de petites annonces en vu d’une chambre à louer ; distribution de CV dans tous les cafés dans une rue déterminée… La conclusion : l’échauffement à Melbourne a payé! 2 jours après mon arrivée, me voila installée à l’ouest de la ville, dans un appart nickel chrome partagé avec des chinois, quant au boulot, après quelques essais et training de rigueur, je choisis le bar resto qui me branche le plus… Un live music bar au coeur de Newton, quartier branché/trash ou les boutiques vintage côtoient les bars rock affichant tous le drapeau « arc en ciel »…. Comme mon bar n’est ouvert que 3 soirs par semaine, je complète mon emploi du temps la journée en donnant des leçons de français via une boite de cours particuliers à domicile… Le temps de passer et repasser devant l’opéra house, d’arpenter le fameux bridge et de tester les innombrables plages dont recèle la baie… Bibi et Francis me rejoignent dans ma nouvelle demeure. Ensemble, on profite un peu de cette ville digne de tous les stéréotypes liés à l’Australie (des surfers se baladant en tong dans le métro aux boites par exemple…), et hop, un petit tour à l’aréoport où je jette Bibi pour ses vacances de rêve, alors que je récupère ma mère qui n’a pas pu résister à l’envie de venir ici. Pour l’heure,  adieu les cities, good day les fermes qui jalonnent la east coast!

L’image de la semaine

 

Le post
de Bibi

20 mar 2011

Mon rêve enfin réalisé…

En bref, après Sydney pour BB et la Thaïlande pour moi on a fait un premier woofing à Nelson bay (post à venir) où, en passant, il y a eu une attaque de requin juste après notre départ. Là on est à Laurieton pour un autre woofing chez une cuisinière (yummy yummy) qui se termine après demain. Ensuite direction Coffs Harbour pour une semaine et demi chez une artiste qui sera avec nous les 3 premiers jours et qui nous laisse sa maison après. Pour la suite j’ai pas trop suivi, c’est BB qui gère ! en gros on se fait un petit woofing marathon le long de la côte est ;)

Des vacances bien méritées

 

Le post
de Bibi

9 mar 2011

Pas facile l’année sabbatique en Australie.. Ce rythme… sans parler de toute cette pression. Il me fallait bien 3 semaines sur un catamaran de 12 mètres en Thaïlande pour reprendre des forces. Du dur la rentrée, croyez-moi. Le programme ? On va continuer à faire du woofing en remontant doucement de Sydney à Cairns avec Francis bien sure ! Première étape : Anna bay, on n’a pas trop de détails mais a priori c’est chez un chercheur en permaculture.. Je ferais un petit rapport de recherche après coup ;)



C'est quoi ?

Tout simplement un carnet de voyage sans prétention de deux frenchies qui ont décidé de partir en pays d'Oz pour quelques mois. Pas de programme mais une histoire à construire, une parenthèse dans notre vie

Les posts de...

Cairns Time